illimi da bani.org Illimi da Bani illimi-da-bani.org a.pop200 { position:relative; } a.pop200:hover { background: #C0C0C0; font-size:20x; color : black; z-index: 500; } a.pop200 span {display: none;} a.pop200:hover span { display: inline; position: absolute; white-space: nowrap; color: black; font-size:14px; font-weight:normal; height:200; width:200px; top: 5px; left: 30px; background:white; padding: 25px; border: 5px solid black; border-top: 15px solid grey;
 
.
.
Le Niger / Géographie / L'agriculture
XXXXX L’agriculture extensive pluviale reste le système de production dominant au Niger. Là où les précipitations sont globalement suffisantes pour permettre des récoltes, les conditions d'exercice de l'agriculture sont difficiles du fait de l'irrégularité des précipitations, et aussi du manque de fertilité des sols. XXXXX Les rendements des cultures pluviales dominantes – essentiellement le mil, le sorgho, le niébé, l'arachide – sont généralement faibles, et les possibilités d'extension de ces cultures apparaissent à priori limitées. XXXXX Cette agriculture extensive, fragile, précaire et de faible productivité fournit aujourd’hui 95% des ressources agricoles d'un pays où les famines (appelée pudiquement "crises alimentaires") sont récurrentes. XXXXX En 2010, 8 millions de personnes sont en situation "d'insécurité alimentaire" après des pluies insuffisantes en quantité et surtout très irrégulières lors de la précédente saison des pluies. Le réchauffement climatique, la déforestation, la surpâturage accélèrent une tendance générale à la désertification de territoires autrefois cultivés. XXXXX Les cultures irriguées échappent évidemment à cette contrainte, mais actuellement seuls quelques 13.000 hectares sont mis en valeur, auxquels on peut ajouter 54.000 hectares d’aménagements traditionnels privés, représentant 1% seulement des terres cultivées. Le potentiel est encore loin d’être exploité, de nombreux projets d'aménagements attendent des financements. XXXXX L'occupation de l'espace par les éleveurs découle des conditions climatiques et pluviométriques. Les troupeaux sont les victimes les plus spectaculaires des sécheresses. La croissance démographique entraîne de très fortes tensions sur les limites de la zone des cultures pluviales, dans les zones autrefois dites de "cohabitations" qui sont devenues des zones de "concurrences" entre agriculteurs et éleveurs nomades.
Nous aider Projets Actualités Réalisations La boutique Contacts Nos partenaires On parle de nous Illimi da Bani / Niger La lettre d'IDB Qui sommes-nous ? Le Niger ILLIMI DA BANI Le pied va où le cœuR LE CONDUIT Proverbe nigérien
Histoire La période pré-coloniale La colonisation 50 ans d'indépendance Géographie Le pays La population L'agriculture Les ressourcesFlash infos : Une réalisation magnifique !! . . . Les résultats du challenge des écoles . . .
Accueil i
.

wx Mise à jour le 6 juin 2017 Plan du site Mentions légales © 2010 Illimi da Bani